Sélection de la langue

Lire notre blogue /

Le renforcement des environnements inclusifs commence par celui de la communauté. Et pour vous aider à débuter, nous avons créé un guide sur l’accessibilité.

Dix ans! Cela fait 10 ans que je travaille dans le domaine de l’accessibilité au sein de la fonction publique. J’ai vu notre communauté évoluer et changer à mesure que de nouveaux visages sont arrivés et sont repartis. Bon nombre des personnes qui s’occupaient de l’accessibilité dans la fonction publique lorsque j’ai commencé en sont encore aujourd’hui les fers de lance. Notre communauté est petite, mais robuste, et elle travaille à la croisée des ministères et des secteurs afin d’améliorer l’accès aux services pour les gens.

On me demande souvent comment j’ai commencé à travailler dans le domaine de l’accessibilité. Pour moi, cette réponse vient de mon expérience personnelle. J’ai un handicap, tout comme d’autres membres de ma famille. Mon père est devenu handicapé à la suite d’un accident à l’âge de 38 ans. Ma sœur est née handicapée, elle a une anomalie chromosomique. Et bien que la question du handicap m’était familière, je ne l’avais jamais envisagée comme option de carrière.

Un jour de 2007, alors que j’étais au travail, j’ai rencontré un collègue qui était aveugle. Je lui ai demandé quel genre de profession il faisait, et il m’a répondu qu’il travaillait à des tests d’accessibilité. Ça m’a intriguée, alors je lui ai demandé comment il en était venu à exercer ce genre d’emploi. J’ai été invitée à rencontrer une petite équipe d’experts passionnés par l’accessibilité. Puis, au cours d’un café-causerie, j’ai demandé : « Comment puis-je venir travailler et faire ce que vous faites? »

Quelques semaines plus tard, j’ai changé d’équipe, et nous connaissons la suite.

Au cours de la dernière décennie, alors que je travaillais comme praticienne de l’accessibilité, j’ai remarqué que beaucoup de gens ne savaient pas ce qu’ils devaient faire pour rendre quelque chose accessible, pour intégrer l’accessibilité dès le départ. J’ai de plus en plus remarqué que les gens se sentaient débordés si on leur envoyait simplement une liste de liens et de ressources comme les Règles pour l’accessibilité des contenus Web (WCAG). Les gens voulaient savoir ce qu’ils pouvaient faire à l’intérieur de leurs propres fonctions. Et souvent, ils n’avaient pas le temps de lire des centaines de pages de documentation complexe qu’ils ne comprennent pas.

Lorsque j’ai entendu parler pour la première fois du Service numérique canadien (SNC), j’ai voulu en savoir davantage sur leur approche en matière d’accessibilité. Un jour, l’une de leurs publications Twitter sollicitait des commentaires à propos d’un nouvel outil en phase alpha. J’ai jeté un coup d’œil rapide.

  • J’ai passé en revue leur produit avec deux outils de tests automatisés.
  • J’ai parcouru leur produit à l’aide de la navigation au clavier pour essayer d’accomplir des tâches.
  • J’ai procédé à une vérification rapide des couleurs.
  • J’ai rédigé une petite note et je l’ai affichée dans leur répertoire GitHub.

Je ne travaillais pas encore pour le SNC, mais ils demandaient publiquement un avis extérieur. Et moi, je faisais partie de la communauté de l’accessibilité au gouvernement et je voulais aider. Ils ont été réceptifs, se sont montrés intéressés et ont immédiatement pris des mesures pour commencer à apporter des changements. Six mois plus tard, j’ai été engagée comme responsable de l’accessibilité et des services inclusifs.

Plus j’ai travaillé sur des projets au SNC, plus je me suis rendu compte de la nécessité de mobiliser des équipes multidisciplinaires dans le domaine de l’accessibilité. En effet, avec le temps, ces gens deviennent des champions de l’accessibilité. Nous avons fait beaucoup de recherche, et aussi des tests pour découvrir ce qui retenait l’attention des développeurs, des concepteurs, des gestionnaires de produits et du reste de l’équipe de livraison. Nous avons commencé petit à petit. J’ai organisé une table ronde sur les obstacles à la conception des services. Nous avons aussi écouté des fonctionnaires handicapés parler des obstacles auxquels ils sont confrontés lorsqu’ils utilisent les services gouvernementaux.

Puis, nous avons organisé des journées sur l’accessibilité et entrepris de documenter les changements que nous apportions. Nous avons commencé à organiser des conférences pratiques sur l’accessibilité, puis des examens en binôme sur l’accessibilité et, comme par magie, les membres de l’équipe ont commencé à élaborer eux-mêmes des mesures d’accessibilité. Nous nous sommes mis à créer des actions GitHub sur l’accessibilité dans le cadre de processus d’intégration continue, en introduisant l’accessibilité dès le début des produits itératifs et en testant ces derniers auprès des utilisateurs.

Les concepteurs ont discuté avec des développeurs d’autres organisations de l’importance des tests d’accessibilité et de la façon dont ils pourraient les automatiser. Plus important encore, ils ont aussi parlé de la nécessité de faire des tests manuels. Les concepteurs ont partagé des articles, des outils et des conseils sur la façon de concevoir de façon accessible. Le langage clair et simple est également devenu un élément essentiel de notre vocabulaire. Le fait qu’une personne dans une organisation parle d’accessibilité et d’inclusion tous les jours a donné des résultats inattendus. J’ai rédigé un billet de blogue personnel et je l’ai partagé dans un message informel sur la façon dont les équipes de communications peuvent améliorer l’accessibilité. Des semaines plus tard, j’ai vu notre propre équipe de communications mettre en œuvre l’accessibilité de nouvelles façons.

Gazouillis publié en mai par le SNC et affichant un GIF d'un oiseau faisant salut de la main, avec le texte de remplacement «Oiseau faisant salut de la main» entre crochets.

Nous avons créé une communauté de l’accessibilité en faisant preuve d’empathie, en nous mobilisant et en accordant la priorité à ce domaine.

Il y a quatre mois, j’ai commencé à offrir des heures de bureau sur l’accessibilité dans l’ensemble des secteurs. Au cours de cette période, j’ai reçu plus de 50 demandes de soutien. J’ai partagé de l’information sur l’accessibilité, la conception inclusive, l’éthique, la réflexion conceptuelle, les données et la recherche.

Quelles ont été les questions les plus importantes?

  • Comment faire pour que mes supérieurs se soucient d’accessibilité?
  • Qui devrait payer lorsque quelque chose doit être rendu accessible?
  • Que dit la loi?
  • Comment puis-je apprendre à évaluer l’accessibilité et à acquérir des compétences comme vous l’avez fait?

Gazouillis de Julianna Rowsell se lisant comme suit: Saviez-vous que j'ai des heures d'ouverture de bureau? Vous pouvez me joindre les jeudis entre 13h et 15h pour parler d'accessibilité, de conception inclusive, de services, de réflexion conceptuelle, d'éthique, de données ou de recherche. Utilisez Twitter, envoyez-moi un courriel, appelez-moi ou venez prendre un café. #GCNumérique #Collaborer

Et ensuite? L’objectif est de favoriser le développement de l’inclusion dans l’ensemble du gouvernement.

Nous avons commencé à créer le Guide sur l’accessibilité pour répondre à ce besoin. Le manuel est un produit itératif que nous mettrons régulièrement à jour et auquel nous ajouterons du contenu.

Pour commencer, vous trouverez des renseignements sur :

  • Les tests d’accessibilité automatisés
  • Les tests manuels
  • Les tests d’utilisabilité
  • Les outils pour procéder à des tests
  • Des conseils sur la création de documents accessibles
  • Comment procéder à un examen en binôme sur l’accessibilité

Le fait de partager des ressources, de collaborer et de renforcer la communauté de l’accessibilité dans l’ensemble du gouvernement nous aidera à créer une fonction publique plus inclusive.

Consultez notre Guide sur l’accessibilité.

Il est possible de donner une voix aux personnes en racontant leurs histoires et en partageant leurs réalités dans le but d’aider les équipes à concevoir de façon inclusive. Créer une culture d’accessibilité et d’inclusion, c’est s’assurer que toutes les personnes impliquées dans la conception, la livraison ou l’utilisation de produits ou services puissent y avoir accès.

Le gouvernement du Canada est un chef de file dans la création d’expériences équitables pour tous. Partager nos ressources, travailler en collaboration et bâtir une communauté présente dans tout le gouvernement nous aidera à rendre la fonction publique plus inclusive. Le Bureau du dirigeant principal de l’information souligne la Journée internationale des personnes handicapées 2019 par la publication de nouvelles lignes directrices destinées à la fonction publique. Celles-ci encouragent l’utilisation de la norme européenne EN 301 549 lors de l’acquisition ou du développement de technologies de l’information et de la communication. Ensemble, nous pouvons rendre les services inclusifs pour tout le monde.