Sélection de la langue

Lire notre blogue /

Notes de terrain - Réalisation de tests par interception à Montréal

Les notes de terrain sont un nouveau format de contenu du Service numérique canadien. Plus courtes qu’un billet de blogue, elles permettent aux équipes de livraison de donner des mises à jour plus régulières, de partager des observations plus modestes et de travailler ouvertement de façon continue.

Notes de terrain

Date : 1er décembre 2019

Site : Montréal

Activité : Réalisation de tests par interception

Participants : L’équipe de recherche PI-RPC

Durée des observations : 2 jours

Résumé :

En train vers Montréal – 1er décembre 2019

Réaliser des travaux de recherche en conception pour les services gouvernementaux, c’est souvent essayer de faire de la recherche avec des gens qui sont difficiles à trouver. Dans le cadre du partenariat Aider les Canadiennes et Canadiens à accéder aux prestations d’invalidité du RPC (PI-RPC) avec Emploi et Développement social Canada (EDSC), nous menons des recherches auprès de trois groupes de personnes concernées par le service : les personnes qui demandent des prestations, les spécialistes de la santé qui fournissent des renseignements supplémentaires au sujet de ces dernières, ainsi que le personnel de traitement à EDSC.

Les spécialistes de la santé ont tendance à estimer que leur temps est précieux et ils ne sont parfois pas enthousiastes à l’idée de participer à une longue étude. De plus, ils ne sont pas très accessibles pour notre petite équipe de 12 personnes.

Nous avons tenté, avec un certain succès, de recruter des participants en communiquant avec un médecin célèbre (site en anglais), des associations représentant les médecins de famille et les infirmières et infirmiers praticiens, des établissements d’enseignement de médecine, et des cliniques locales pour voir s’ils pourraient transmettre nos courriels aux spécialistes de la santé. L’une des stratégies que nous n’avions pas essayée était de recruter des répondants en les interceptant, ce qui implique de se rendre là où les participants peuvent se trouver, plutôt que de nous fier à des courriels transmis et au bouche-à-oreille.

Le 1er décembre 2019, nous étions à bord du train circulant entre Ottawa et Montréal afin d’aller assister au Symposium annuel pour les omnipraticiens (une formation médicale obligatoire pour les médecins de famille canadiens) et mettre en place une table où nous allions tester la version 2 de notre concept auprès des médecins de famille pendant deux jours.

Observations :

Jour 1 du recrutement par interception à Montréal – 2 décembre 2019

Le matin, nous avons préparé notre table. Nous avions une affiche sur laquelle on pouvait lire : « Vous détestez toute la paperasse pour les prestations gouvernementales? Aidez-nous à la simplifier », en espérant que ça inciterait davantage les gens à participer, en plus de notre modeste rémunération pour leur temps.

Vous detestez toute la paperasse pour les presentations gouvernementales? Aidez-nous a la simplifier. Le Service numerique canadien aimerait connaitre votre avis. Des membres de l’équipe PI-RPC sont assis à une table avec des bannières du Service numérique canadien et des affiches visant à recruter des médecins pour leur recherche.

Les médecins étaient intéressés à participer à notre recherche, mais nous ont dit qu’ils ne pouvaient pas prendre 15 minutes pour s’asseoir avec nous.

Jour 2 du recrutement par interception à Montréal – 3 décembre 2019

À la fin de la deuxième journée, un total de cinq personnes se sont assises avec nous.

Nous avions ciblé la participation de 10 personnes. Nous étions déçus du résultat de nos efforts et avons eu l’impression qu’ils avaient été gaspillés.

Cependant, les cinq séances nous ont donné des résultats que nous n’aurions pas pu obtenir si nous n’avions pas essayé de recruter des répondants par interception dans une activité comme celle-ci :

  • Les spécialistes de la santé ne veulent vraiment pas remplir ce formulaire.
  • Les contraintes de temps vécues par les personnes participantes au cours de leurs 15 minutes représentent probablement le temps réel dont elles disposent pour remplir ce formulaire dans la vraie vie.
  • Pour nos séries de tests précédentes, nos séances étaient planifiées. Bien que nous en ayons tiré des commentaires utiles, les personnes participantes étaient motivées à améliorer ce formulaire avec nous. Toutefois, les nouvelles personnes recrutées par interception sont plus susceptibles d’être représentatives des gens qui ne font pas partie d’une séance de recherche fabriquée.
  • Le recrutement de répondants par interception dans une activité comme un symposium de formation est très difficile à faire fonctionner. Pour une prochaine fois, il sera utile de réduire la quantité de choses que nous voulons apprendre au cours de la séance de recherche.

Et ensuite?

Nous entreprenons notre troisième série de tests de concepts avec les spécialistes de la santé et le personnel de traitement afin de comprendre si nos idées à propos du rapport médical pour les PI-RPC fonctionnent dans leur contexte. Comme nous l’avons fait précédemment, nous demanderons aux spécialistes de la santé de remplir le rapport médical à l’aide d’une étude de cas d’un patient. Ensuite, nous transmettrons leurs réponses au personnel de traitement des demandes de PI-RPC pour lui demander si elles l’ont aidé à se prononcer sur le rapport médical.

En offrant des prototypes à de vraies personnes le plus rapidement possible, de tous les côtés du service, nous pouvons apprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne, puis rectifier notre tir.